BRAZZAVILLE : S’ILS ONT TUE MON FILS, QU’ILS NOUS RESTITUENT S0N CORPS…

Le Centre d’Actions pour le Développement (CAD) condamne vigoureusement la disparition forcée du mineur NGOMA Christ Sidnel à Brazzaville, et exige toute la lumière sur le sort réservé à ce jeune homme. Ses parents sont sans nouvelles de lui depuis le 31 janvier 2022. Lire le communiqué

« Jusqu’à ce jour je ne sais pas si mon fils est en vie ou décédé. S’ils ont tués mon fils, qu’ils prennent le courage de me le dire et qu’ils nous restituent son corps. Nous en avons besoin ».  

Mère de l’enfant

NGOMA Christ Sidnel,17 ans révolus, est élève en classe de terminal D (série scientifique) au lycée Pierre Savorgnan De Brazza. Il n’a plus été revu depuis le 31 janvier 2022, date de son arrestation dont les motifs n’ont jamais été élucidés. Le 2 février 2022, un policier ayant requis l’anonymat utilise le téléphone de NGOMA Christ Sidnel pour téléphoner à la mère de celui-ci. Il lui demande de passer au poste de police de la rue Nkeni- près le commissariat de police de Massa, à Talangï.

Image placeholder

cadev

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.