CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES, RATIFIEZ LA CONVENTION

Aujourd’hui, la communauté internationale commémore la journée internationale des victimes de disparition forcée; C’est l’occasion de sensibiliser l’opinion publique, attirer l’attention des acteurs étatiques et non étatiques et de rappeler aux Etats la nécessité et l’urgence de ratifier la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Lire la Déclaration

Depuis 6 mois, notre organisation mène un plaidoyer en vue de la ratification par l’État congolais de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Ce plaidoyer actif s’appuie sur un travail de recherche, de lobbying, de communication et de mobilisation de l’opinion. Malgré cela, le Gouvernement congolais persiste dans son refus de mettre sur pied le mécanisme interne pour parachever le processus d’adhésion à la Convention. Pourtant, en 2018, à Genève, à l’occasion de l’Examen périodique universel (EPU) le Congo a reconnu l’importance de cette Convention, et a accepté les recommandations appelant à ratifier ce traité.  

« C’est un flou total. On ne sait ni ce qui c’était passé, ni ce qui leur est arrivé ni même pourquoi ils ont été arrêtés », nous a indiqué un notable dans un village du Pool. _ « Ce que nous voulons c’est la vérité d’abord. Depuis 5 ans on attend mais aucun signe de début d’enquête n’est perceptible, on a l’impression qu’on les a oubliés », témoigne la sœur d’une victime

Après l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville, le Congo devrait jouer un rôle important dans la lutte contre les disparitions forcées. En refusant de ratifier cette convention 15 ans après sa signature et en l’absence de tout autre mécanisme spécifique pour protéger les victimes et leurs proches, le Gouvernement congolais assure la promotion de l’impunité des auteurs de telles pratiques 

Espoir MABAYA– CAD, de retour de mission dans le Département du Pool.
Image placeholder

cadev

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.