Les autorités de Pointe-Noire étouffent la commémoration des victimes du référendum de 2015

Le CAD exprime sa profonde indignation suite à l’étouffement par les autorités de Pointe-Noire de la commémoration des victimes du référendum constitutionnel de 2015 au motif que notre activité revêt un caractère subversif. Nous dénonçons cette dérive autoritaire qui confirme une fois de plus le rétrécissement de l’espace de travail des organisations de la société civile indépendante en République du Congo. Lire le communiqué

Le 20 octobre est une date historique et importante dans la construction de la démocratie congolaise. Elle a témoigné le désir profond de changement et de démocratie. L’interdiction de cette activité ne peut pas briser notre détermination à témoigner et  à continuer à réclamer justice et vérité pour les victimes. Les autorités congolaises feraient mieux de respecter la Constitution et les engagements du pays en matière de libertés d’expression, d’association et de rassemblement

tresor nzila kendet – directeur executif

Ce jour, 20 octobre, marque la septième année d’impunité totale depuis que les forces de défense et de sécurité ont réprimé dans la violence et le sang les manifestations non-violentes contre le troisième mandat du Président de la République, Dénis Sasou Nguesso. C’est dans le souci de rendre hommage aux victimes du référendum et aussi de demander la mise en place par des autorités d’une commission d’enquête que, le CAD commémore la date du 20 octobre.

Image placeholder

cadev

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.