Congo-Brazzaville : Le journaliste Raymond Malonga condamné à six mois de prison ferme et 30.000.000 FCFA d’amende.

Le 3 mai 2021, alors que l’humanité célèbre la journée internationale de la liberté de la presse, la justice congolaise elle condamnait un journaliste.

Le Centre d’Actions pour le Développement (CAD) exprime sa vive réprobation contre ce jugement qu’il estime inapproprié et inacceptable au regard de la loi nationale qui ne prévoit pas de peine privative de liberté pour des faits de diffamation sauf dans des cas extrêmes qui ne s’appliquent pas dans ce cas précis.    

Raymond MALONGA est en détention depuis le 2 février 2021, toujours en violation de la loi nationale qui indique : « lorsque la peine maximale en matière correctionnelle est inférieure à un an d’emprisonnement, l’inculpé domicilié au Congo ne peut être détenu plus de 15 jours après sa première comparution devant le juge d’instruction » (art.120 du code de procédure pénale).

Ce jugement témoigne de façon plus large une tendance inquiétante qui consiste à criminaliser les libertés en République du Congo.

Les autorités congolaises doivent relâcher immédiatement et sans condition M. Raymond MALONGA et abandonner toutes les charges retenues contre lui.

Télécharger le communiqué de presse

Image placeholder

admin

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.